L'Eglise de Vals

Eglise de ValsVals s’est endormi, il y a quelques siècles de cela…

Le voyageur de passage en ces lieux n’y trouvera que quelques anciens et une poignée de chats montant la garde à l’ombre des ruelles.

Le silence règne ici en maitre absolu, sans aucune concession aux rumeurs de ce siècle. Les maisons de pierres jaunes, ventrues et débonnaires, sont frileusement serrées les unes contre les autres, cherchant dans les murs voisins quelques soutiens pour résister au passage du temps.Vals n’aurait pu être qu’un point sur la carte, un nom inconnu pour qui n’y est pas né.

Mais au coeur de ce village, il y a l’église…..

 

Eglise de ValsLe même voyageur pourra croire dans un premier temps que ce bâtiment, austère et massif, n’est qu’une citadelle, un château laissé là par quelques seigneurs locaux. Prudent, il en fera le tour, cherchant un aspect dérobé à la puissante bâtisse, montant au Sud-est, sur la pelouse que les anciens nomment « plate-forme du Rahus ». Là, au milieu des blocs de poudinge, subsistent les vestiges d’un village médiéval, semi trogloditique, qui s’agglutinait tout contre le rocher. Sur les flancs de la colline, une large encoche semi-cubique, très régulière, attire le regard. Les archéologues hésitent encore pour définir l’âge et l’utilité de ce site, certains y voient une partie de l’habitat médiéval, d’autres un site religieux antérieur à l’invasion romaine…..Quoiqu’il en soit, c’est une preuve supplémentaire de l’antiquité du lieu et l’on peut deviner que bien des témoignages encore dorment sous nos pieds. Mais malgré la douceur du lieu, les pas du voyageur sont toujours attirés par la porte de chêne qui garde l’accès à l’église. En grinçant, elle tourne sur ses gonds, laissant plonger le regard dans la pénombre. Et là, c’est le choc…..

L'entree de l'église de ValsUtilisant au mieux une faille naturelle, un escalier de pierre paraît s’enfoncer dans les entrailles de la terre. Une dizaine de degrés mène jusqu’à une vieille porte qui donne dans la partie inférieure de l’église, abusivement qualifiée de crypte. Nous sommes là dans les restes de l 'édifice du X ème siècle, celui que les premiers chrétiens de la contrée avaient bâti avec un évident sens de la mise en scène…..

Cela fait mille ans que le temps dort, blotti dans un coin sombre, laissant le visiteur remonter en silence sur l’échelle du temps. Après un regard sur le baptistère massif dans son encoche de rocher, l’émotion nous guide jusqu’à la lumière : celle que laisse filtrer une fenêtre, taillée dans le mur d’une abside rectangulaire. Et à l’émotion succède l’éblouissement, les voûtes de cette partie du bâtiment laissent apparaitre de merveilleuses fresques romanes. Evoquant la parousie et des scènes de l’enfance du Christ, ces fresques ont la rigueur et les couleurs propres à cette période. Ici, pas d’effet de perspectives, pas de grande recherche esthétique : l’image doit instruire et non charmer. Saint Michel, Saint Mathieu, Raphaël et Gabriel entourent le Christ en majesté et gardent le site. Mais au-delà des couleurs, des habits et des positions des divers personnages, un détail frappe : les yeux. Fixes, immenses, ils pèsent sur le visiteur, et les regards des Saints ne paraissent jamais lâcher ceux qui pénètrent en ces lieux……

interieurQuelques marches conduisent ensuite jusqu’à la nef principale, autrefois plus basse et plus intimiste mais que le XIXème siècle a transformé, sous l’égide de la marquise de Portes. Là encore le rocher affleure et les pics des bâtisseurs ont oeuvré pour laisser assez de place aux fidèles. Au fond de cette nef, un escalier de bois, grinçant et sombre, monte rudement jusqu’à l’ancienne chapelle Saint Michel. Probablement bâtie au XII ème siècle, comme l’indique son bel appareil, elle cache un embryon de choeur curieusement orienté au sud. La tour qui le domine date du XIV ème. De sa haute stature, elle protègeait le village de l’avidité des routiers de la guerre de cent ans. Le visiteur devra faire l’effort d’imaginer cette chapelle isolée de la chapelle Saint Marie et des fresques. Ce n’est en effet qu’au XIV ème qu’on ouvrit le mur oriental pour construire la nef précedemment traversée.

Eglise de ValsPuis voici la terrasse. De là, dans les lueurs du matin, le regard va danser sur les crêtes pyrénéennes. Du St Barthélémy au Crabère, l’immensité des montagnes contraste avec ces vieilles pierres repliées sur l’histoire.

La découverte de Vals est toujours un moment fort et même le plus cartésien des hommes se fait ici un peu pélérin.

 — Olivier de Robert

Accès :
A partir de Pamiers ou de Mirepoix prendre le D119. Un panneau de signalisation vous indiquera l'embranchement pour l'Eglise de Vals.

Pour connaitre les heures d'ouverture, contactez svp l'Office de Tourisme de Mirepoix : +33 (0)5 61 68 83 76

Un grand merci aux photographes

Qui sommes-nous ?

ARIEGE.COM une petite entreprise non subventionnée spécialisée dans le tourisme pour le département de l’Ariège. Notre petite équipe multilingue est composée d’habitants de l’Ariège ayant plus de 30 ans d’expérience dans les domaines du tourisme, de l’infographisme et de l’édition. Notre rôle est la mise en relation des internautes avec les prestataires ariégeois sans intermédiaire. Pour connaître nos tarifs, contactez-nous.
SNC ARIEGE.COM - infos-ariege@ariege.com

Mentions légales

Pour des demandes d'informations touristiques sur l'Ariège (envoi de documentation, etc…), merci de vous adresser à l'ADT de l'Ariège : Tél. 05 61 02 30 70  ou e-mail : vacances@ariegepyrenees.com